Accueil > 15/03/2018. Droit à l’expérimentation d’une limitation de vitesse différenciée sur les routes secondaires

15/03/2018. Droit à l’expérimentation d’une limitation de vitesse différenciée sur les routes secondaires

Bernard Delcros attire l’attention du ministre d’État, ministre de l’intérieur, sur les risques que pourrait engendrer une application uniforme de la mesure relative à l’abaissement de 10 km/h de la vitesse autorisée sur les routes à double sens, sans séparateur central.

Limiter systématiquement la vitesse autorisée à 80 km/h sur ces axes bidirectionnels, sans tenir compte de la nature des routes, de leurs caractéristiques ni des aménagements qui ont été réalisés sur le terrain pour améliorer la fluidité et donc la sécurité des usagers, pourrait provoquer l’effet inverse sur certains axes structurants.

Il s’appuie sur l’exemple du Cantal qui verrait l’intégralité de son réseau concerné par cette mesure, soit 4 000 km de routes départementales et 130 km de routes nationales qui ont fait l’objet de nombreux aménagements parmi lesquels des créneaux de dépassement visant à fluidifier le trafic. En abaissant la vitesse, il deviendrait impossible de dépasser des poids lourds, ce qui provoquerait inévitablement des ralentissements avec un impact négatif sur l’activité économique et touristique mais aussi sur la sécurité des usagers.

Sans rejeter en bloc cette mesure de santé publique qui permettra de sauver chaque année des centaines de vies, le sénateur sollicite, au regard de la diversité des territoires et de la pluralité des situations, le droit à l’expérimentation, sur une durée de trois ans, sur certains axes structurants tout particulièrement dans les départements ruraux. Cette expérimentation consisterait à limiter la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur une partie du réseau à deux voies et à la maintenir à 90 km/h sur certains axes nationaux et départementaux ayant fait l’objet d’aménagements de sécurité routière. Accompagnée d’une évaluation, cette approche différenciée, plus en phase avec le terrain, permettrait de gagner en efficacité et de rendre l’action publique plus juste.

 
PRESSE VIDÉOTHÈQUE

FOCUS AGENDATemps forts à venir

> Mercredi 23 novembre 2022, Congrès des maires, Paris

14h30. Participation au débat AMF  « Adapter les outils d’accompagnement des communes et intercommunalités aux différents types de ruralité. »

16h30. Invité sur le plateau de Public Sénat pour intervenir sur la thématique : « Agir dans les communes rurales ».

 

> Jeudi 24 novembre 2022, Public Sénat

7h30. Invité sur le plateau de « Bonjour Chez vous » pour intervenir sur les finances locales et rebondir sur l’actualité nationale.

 

> Vendredi 25 novembre 2022, ministère de la transition écologique et de la Cohésion des territoires, Paris

Séance du Parlement Rural Français en présence des ministres Christophe Béchu et Dominique Faure.

Contact permanence parlementaire

04 71 20 26 27
bernard.delcros@senateurcantal.fr

2 bis rue du Faubourg Notre-Dame
BP 14 – 15300 Murat